Oscar Wilde

DélinquanceCe qu’ils en disent – Oscar Wilde

Oscar Wilde : La Ballade de Reading

 

Condamné pour homosexualité à deux ans de prison en 1895, Oscar Wilde fut brisé par cette expérience. Libéré en mai 1897, il s’installe en France à Berneville, près de Dieppe, où il écrit la Ballade de la geôle de Reading (du nom de la prison où il séjourna). Il meurt à Paris le 30 novembre 1900.

Voici un extrait de la Ballade, dans la traduction de Jean Guiloineau.

Je ne sais si la Loi a tort

Ou si la Loi est équitable ;

En prison on sait seulement

Que le mur est infranchissable ;

Que chaque jour est une année

Dont les jours sont interminables.

Mais je sais que la Loi conçue

Par l’homme pour l’homme, depuis

Qu’un homme osa tuer son frère

Et que ce triste monde vit,

Jette le grain, garde l’ivraie

Dans le fond de son van maudit.

Je sais aussi – il serait sage

Que chacun en soit informé –

Que les prisons bâties par l’homme

Sont de briques d’iniquité,

De barreaux pour cacher au Christ

L’homme par l’homme mutilé.

Des barreaux la lune est confuse

Et le bon soleil aveuglé ;

Ils ont bien raison de cacher

Leur Enfer, car ce qu’on y fait

Le fils de Dieu, le fils de l’homme

Ne doivent pas le contempler !

Pour lire le texte complet, consulter le site : www.larevuedesressources.org