Qui sommes nous ?

Motivés par le souci de l’intérêt général

Nous sommes des membres de la société civile qui, partageant certaines valeurs, ont décidé de réfléchir ensemble à la résolution des problèmes sociaux qui nous assaillent. Nous voulons explorer des pistes intéressantes sans tabous, sans idées fixes ou préconçues, motivés avant tout par le souci de l’intérêt général et de l’efficacité.

Notre groupe de réflexion est ouvert aux contributions de toute personne de bonne volonté, à partir du moment où celle-ci partage nos valeurs et fait preuve d’un esprit non partisan, ouvert à toute proposition, même « politiquement incorrecte », si des témoignages d’expérience ont montré que cette proposition fonctionnait plutôt bien.

Les valeurs que nous partageons sont :

–    Le souci du bien-être du plus grand nombre

Une solution qui comble les désirs immédiats d’un individu tout en lésant d’autres personnes n’est pas une bonne solution. Une solution qui comble les désirs d’une petite élite tout en faisant courir un grave risque au plus grand nombre n’est pas une bonne solution : le pillage de 80% des ressources de la planète au profit de 20% de la population n’est pas une solution durable et n’est donc pas une bonne solution. Il faut donc imaginer des solutions qui ne mettent pas en danger notre planète Terre et qui profitent au plus grand nombre. Elles sont souvent plus difficiles à trouver. Il faut mettre en œuvre des stratégies gagnant/gagnant à grande échelle et en raisonnant sur le long terme !

–    La primauté de l’éthique individuelle sur la règle collective

Nous pensons que chacun doit en permanence jauger ses choix et opter pour la solution qui apporte le plus de bien au plus grand nombre sur le long terme. Cette façon de procéder ne peut qu’être basée sur un sens individuel de l’éthique car elle doit tenir compte du point de vue de la personne, de son éducation, de ses capacités, de son potentiel et du contexte dans lequel elle évolue. Un tel comportement est toujours préférable aux comportements et habitudes qui se sont imposés dans la société, pas toujours bien adaptés et souvent injustes. Nous pensons ainsi qu’il y a trop de lois et qu’elles brident injustement l’innovation et la créativité au détriment du plus grand nombre, malgré les apparences.

–    L’Homme n’est pas réductible à l’ensemble des atomes qui composent son corps

Ces atomes n’expliqueront jamais pourquoi le jeune Jean Sébastien Bach pouvait mémoriser parfaitement des morceaux de musique extrêmement complexes entendus une seule fois à l’église, comment Shakespeare peut encore nous émouvoir avec la perfection de ses textes, ou comment quelques mathématiciens grecs ont pu, deux siècles avant notre ère, calculer la circonférence de la Terre, celle de la Lune, et la distance entre les deux. Il y a un « plus » qui n’est pas réductible à une somme d’interactions chimiques aussi complexes soient-elles. Que ce plus s’appelle esprit, âme… peu importe. L’important est de refuser une idéologie réductrice et d’accepter une dimension morale ou spirituelle.

–    Un dernier mot enfin

Nous respectons toute religion, qu’elle soit établie ou nouvelle. Nous pensons que les rites ou les croyances importent moins que la valeur des hommes qui les mettent en pratique. Nous croyons à la vertu du dialogue, des échanges. Nous pensons que chacun de nous a le droit – et le devoir ? – d’apporter sa propre contribution à la société dans laquelle nous vivons.